Etre médiateur

Tatoulu, par son action auprès des lecteurs et des adhérents-médiateurs a développé au cours de son histoire des outils pour que chacun (re)conquiert l’espace du livre et de la pensée.

Ces outils se sont forgés au sein de l’association et de mouvements d’éducation populaire ayant pour parti pris le refus de toute fatalité à l’échec, à l’exclusion et au repli sur soi. L’optique est clairement coopérative excluant de fait toute idée de compétition.

Parmi les principes qui sous-tendent la philosophie et guident l’action de Tatoulu :

  • Il n’y a pas de fatalité à l’échec et à l’exclusion.
  • Tout individu possède les capacités pour apprendre et dépasser sa condition.
  • Le savoir se construit dans les interactions. Le sujet apprend dans et par le groupe.
  • La résignation est l’ennemi de l’estime de soi.


Au sein du groupe, les lectures doivent être confrontées par le biais de débats dans lesquels le médiateur se porte garant des grands principes qui fondent les valeurs de Tatoulu :

  • Chacun a droit à la parole.
  • Chacun a droit au silence.
  • Chaque propos est considéré comme pertinent, charge au médiateur d’inciter les participants à argumenter leurs points de vue.
  • L’esprit n’est pas à la compétition mais à la coopération. Le collectif se met au service de chacun. Les individus construisent leur rapport personnel au livre par le jeu des interactions.
  • Le conflit est nécessaire pour penser. Sans conflit, pas d’échange, pas de stimulation intellectuelle, pas de dépassement possible. Le conflit est intellectuel. Il porte sur la différence voire l’antagonisme des idées.